Le

10 décembre 2020, le Department of Health and Human Services (HHS) des États-Unis a publié un document contenant un grand nombre de modifications proposées aux règles de protection de la vie privée HIPAA. Le document est disponible dans son intégralité ici et contient également des informations sur la façon d'envoyer des commentaires publics jusqu'au 12 février 2021.

Selon le résumé, ces changements ont pour objectif plus large de transformer l'ensemble du secteur de la santé en créant un système basé sur la valeur qui paie des soins de qualité. À cette fin, les règles de confidentialité HIPAA mises à jour proposées par HHS visent à :

  • Offrir aux individus un meilleur accès à leurs propres informations de santé protégées (PHI)
  • Redéfinir le concept et la portée des dossiers de santé électroniques (DSE)
  • Réduisez le fardeau des professionnels de la santé lorsqu'ils partagent des informations avec d'autres fournisseurs de soins de santé.

Comment les changements proposés auront-ils un impact sur les chiropraticiens ?

Les nouvelles modifications apportées aux règles de confidentialité HIPAA visent à améliorer la communication entre les différentes spécialités de la santé. Nous détaillerons ci-dessous quelques-uns des changements les plus importants qui peuvent avoir une incidence sur votre pratique s'ils sont approuvés.

Avant cela, selon nous, les nouvelles règles de confidentialité dépendront davantage de la bonne foi des praticiens dans le partage des renseignements personnels sur la santé de leurs patients et réduiront les formalités administratives nécessaires pour justifier cette décision. Toutefois, cette liberté s'accompagne de la responsabilité accrue de protéger les dossiers médicaux électroniques contre tout accès non autorisé.

Dans l'ensemble, le HHS vise à rendre le système de santé plus agile, flexible et adapté aux nouvelles réalités engendrées par la pandémie mondiale de COVID. Examinons maintenant quelques-uns des changements les plus importants proposés dans le document.

1. Modification du terme « Opérations de soins de santé »

Les règles de confidentialité proposées par HIPAA visent à clarifier et à élargir le terme « opérations de soins de santé » afin de réduire l'ambiguïté et de couvrir « toutes les activités de coordination des soins et de gestion des cas ».

Le changement proposé couvrira à la fois les plans de santé basés sur la population et les plans de santé individuels et vise à encourager la divulgation de renseignements personnels sur la santé entre les fournisseurs de soins de santé.

2. Changements majeurs apportés aux droits des individus à accéder à des informations de santé protégées

L'une des parties les plus complètes du document HHS couvre les droits des individus à accéder à leurs propres dossiers médicaux. En vertu des règles de confidentialité proposées par HIPAA, une personne sera autorisée à prendre des notes ou à photographier ses propres dossiers médicaux. Dans le même temps, les fournisseurs de soins de santé disposeront d'un délai plus court (15 jours au lieu de 30 jours) pour répondre à une demande d'accès à l'information.

3. Création d'une définition du « dossier de santé électronique » dans la règle de confidentialité

À l'heure actuelle, la règle de confidentialité de l'HIPAA ne contient pas de définition formelle du terme dossier de santé électronique. La définition proposée indique que le DSE est un dossier électronique d'informations relatives à la santé « créées, recueillies, gérées et consultées » par des cliniciens et du personnel de santé autorisés.

La définition détaille plus en détail le terme cliniciens comme suit :

  • Médecins
  • Infirmières
  • Pharmaciens
  • Autres professionnels de la santé alliés.

4. Modification de la norme de confidentialité pour la divulgation d'informations de santé protégées

Les règles de confidentialité proposées par HIPAA simplifieraient le processus de partage des informations sur les patients entre les fournisseurs de soins de santé. À l'heure actuelle, la norme relative à la protection de la vie privée exige que les praticiens fonde ces informations sur le « jugement professionnel ».

La nouvelle norme est plus permissive, car elle exige que les praticiens utilisent leur « croyance de bonne foi » que cette divulgation serait bénéfique pour le patient. Toutefois, une telle décision pourrait être contrecarrée par des preuves de mauvaise foi. Par conséquent, bien que les professionnels de la santé aient plus de liberté dans le partage des PHI, ils doivent également faire preuve d'une grande prudence lorsqu'ils utilisent cette liberté.

5. Ajustement des frais autorisés pour l'accès à la copie papier et aux dossiers médicaux personnels électroniques

Enfin, les fournisseurs de soins de santé devront facturer uniquement les frais admissibles proposés par HHS aux personnes qui souhaitent accéder à leur dossier de santé. Dans le cadre des modifications proposées, l'inspection en personne et les méthodes Internet de demande et d'obtention de copies de PHI sont gratuites.

Pour les autres méthodes, les frais raisonnables autorisés couvriraient les frais réels de main-d'œuvre et d'expédition, ainsi que les coûts de préparation d'un résumé ou d'une explication si la personne en fait la demande.